Le mois de novembre au jardin de Belgourmet  
Belgourmet
   
Menu




Novembre au jardin chez Belgourmet

LES TRES RICHES HEURES DU DUC DE BERRY Novembre nous revient avec ses premières gelées. Il est temps de faire ses provisions d'hiver de toute sorte. Rien ne doit manquer pour fêter les des "saints": saint Eloi, saint Nicolas, sainte Barbe. Et surtout pas le plaisir de se retrouver attablés entre amis ou collègues de travail.

Que faire au potager
A ne pas oublier au jardin fruitier

Arrachez les légumes racines et laissez-les ressuyer sur le sol pendant quelques jours. Après quelques jours, lavez-les et rentrez-les en cave ou au garage: n'importe quel endroit frais mais à l'abri du gel (un silo conviendra également). Placez-les dans du sable pour les empêcher de se déshydrater.

En ce qui concerne les topinambours, laissez-les en terre: ils supportent difficilement le stockage et se dessèchent très rapidement. Récoltez-les donc au fur et à mesure de vos besoins. En période de gelée, recouverts d'une couche de feuilles mortes ou de paille, vous pourrez toujours y avoir accès. Ne laissez pas de morceau de racine dans le sol au moment de l'arrachage: il est quasi certain qu'il repartira l'année prochaine.

C'est pour la même raison de gel qu'il vaut mieux butter et pailler les poireaux d'hiver: si vous ne voulez pas récolter à l'eau chaude il vaut mieux préserver le sol du gel autour des pieds, et de toute façon le buttage vous procurera un plus gros blanc.

Si vous avez des asperges, retirez la terre qui les butte, arrachez les tiges desséchées que vous brûlerez: elles contiennent souvent les larves de la mouche de l'asperge. Creusez des fossés de drainage entre les lignes pour empêcher l'humidité de stagner autour des griffes.

Protégez les artichauts en couvrant le pied de paille maintenu par du plastic sur lequel vous versez de la terre. Au niveau du bourgeon de la plante, laissez un trou pour que l'aération soit correcte: l'artichaut, s'il gèle façilement, ne supporte pas trop l'humidité non plus. En période de gel vous remplirez donc cette ouverture avec de la paille.

Retirez aussi les chicons du sol et mettez-les à forcer. L'idéal c'est de les ranger à touche-touche dans une caisse soigneusement nettoyée (attentions aux champignons) et de bien remplir l'espace entre les racines. Pour obtenir ce résultat, posez la caisse sur un de ses flancs, commencez par répartir une couche de terre puis disposez une première couche de racines. Remettez un lit de terre et une épaisseur de racines, ainsi de suite jusqu'au remplissage de la caisse. Posez cette caisse sur son fond et arrosez. Couvrez d'un journal en veillant à laisser s'aérer correctement le forçage, mais laissez le bac dans l'obscurité.

Surveillez les pommes de terre stockées en cave: s'il y a déjà des germes, c'est qu'il fait trop chaud dans la pièce où elles sont conservées. Eliminez celles qui sont pourries ou qui présentent des traces d'humidité bien visibles: elles commencent déjà à se gâter.

 

Dès que les feuilles sont tombées, pulvérisez vos arbres avec de la bouillie bordelaise: il existe des spécialités dans le commerce, mais vous pouvez la fabriquer vous-même.

Il suffit de mélanger du sulfate de cuivre et de la chaux bien éteinte dans l'eau: n'utilisez JAMAIS de récipient en fer.

- Bouillie bordelaise à 2 % soit 200 g de sulfate de cuivre et 1 kg de chaux grasse pour 100 litres d'eau.

- Bouillie bordelaise à 3 % soit 300 g de sulfate de cuivre et 1 kg de chaux grasse pour 100 litres d'eau.

La bouillie à 2% est utilisée à titre préventif, celle à 3% à tire curatif: l'avantage de la fabriquer soi-même, c'est de pouvoir doser le produit en fonction de son usage, et donc de ne pas avoir de surdosage en sulfate de cuivre.

Avant de pulvériser, retirez tous les fruits morts et desséchés qui sont un réservoir de champignons et autres parasites.

Ramassez les fruits tombés et les feuilles mortes: Vous pouvez éventuellement les utiliser pour le compost, mais il faut que le tas chauffe pour faire périr les germes: ajoutez donc du fumier de cheval au compost ou des feuilles de feuilles de marronier. Ce sont deux ingrédients du compost qui font grimper la température. Couvrez bien le tas avec de la paille, mais veillez à ce qu'il ne se dessèche pas.

Si vous n'êtes pas certain de pouvoir mener ceci à bien, il vaut mieux brûler les fruits morts au moins, sinon les feuilles séchées.

Nettoyez les chancres du pommier avec un couteau bien désinfecté entre les différentes plaies, puis mettez un désinfectant sur chaque plaie que vous protègerez avec du mastic à greffer ou du goudron végétal.

En ce qui concerne les petits fruits tel les groseilliers et cassis, vous pouvez commencer la taille. Retirez tout le vieux bois et les fines brindilles pour ne conserver que le bois le plus vigoureux. Après cette taille de nettoyage, faites une taille d'aération en évidant un peu l'intérieur de la touffe et retirez les rameaux surnuméraires.

Continuez la plantation d'arbres fruitiers: faites un trou d'environ un mètre de diamètre et bêchez-en le fond. Plantez un solide tuteur du coté du vent dominant. faites un petit tas de terre au milieu sur lequel vous poserez les racines. Comblez le trou en laissant une cuvette d'arrosage au milieu. Attachez le tronc de l'arbre au tuteur au moyen d'un lien suffisamment élastique et qui ne risque pas de blesser l'écorce: on peut mettre un petit bloc de plastic expansé entre le tuteur et le tronc, pour maintenir en douceur une distance correcte. Après la plantation, faites une taille de formation, mais si vous avez pris la précaution de demander au pépiniériste de le faire au moment de la vente de l'arbre, c'est un souci de moins!